• Arrêter de se poser des questions

    Arrêter de se poser des questions

    Crédit photo : PaternitéPas d'utilisation commerciale drpavloff

     

    La vie n'est faite que de dangers permanents : chaque fois que vous prenez la voiture, vous risquez un acident, chaque traversée de route, chaque randonnée par temps orageux, chaque imprudence quotidienne est un danger. Pourtant, et heureusement, on n'y pense pas continuellement, ce serait invivable. Et puis comme on dit : la peur n'évite pas le danger.

    On va dire que c'est un précepte que nous essayons d'adopter depuis que nous avons envie d'avoir un deuxième enfant.

    Pourtant, il y a le souvenir d'une première grossesse stressante rythmée par la surveillance du retard de croissance du Minipouce. Il y a la difficile acceptation de la césarienne et d'une naissance prématurée. Il y a le spectre d'un mois très pénible de néonat, et le marathon médical qui s'en est suivi pendant quelques mois.

    Pourtant, il y a cette naïveté perdue, cette alarme prête à se déclencher à l'évocation de certains termes médicaux, cette connaissance des risques et des issues tragiques possibles.

    Pourtant, il y a aussi la terrible histoire de gens très proches : mort in utero à terme malgré une grossesse sans pépin, deuil périnatal...

     

    Oui mais voilà, si l'on reste fixés sur ces expériences difficiles, on n'avance jamais, on ne vit plus.

    La réalité, c'est qu'on peut aussi choisir de retenir que nous avons un fils en très bonne santé, qui n'a quasiment pas été malade durant sa première année, et dont les débuts difficiles semblent lui avoir forgé une résistance physique certaine et une adaptabilité remarquable aux diverses situations. On peut choisir de retenir que les risques de récidive sont minimes. On peut choisir de retenir que nous sommes très heureux tous les trois, que nous nous en sortons mieux en tant que parents que ce que nous avions imaginé, que le temps passe trop vite pour qu'il vaille la peine de se prendre le chou. On peut choisir de ne pas se polluer la tête avec des angoisses qui ne mèneront à rien. On peut choisir d'être optimiste et de prendre la vie comme elle vient.

    Pour avancer, nous avons choisi de faire suivre cette nouvelle grossesse dans un autre hôpital : une façon de repartir de zéro, un peu comme si c'était la première fois. Je découvre de nouveaux médecins, de nouveaux locaux, et aussi une nouvelle mentalité (exit les poils des gynécos qui se hérissent à l'approche d'une éventuelle complication, et bonjour la relativisation et la zen attitude). Voilà qui me plaît : cette nouvelle aventure aura sa propre identité, sa singularité, je ne serai pas blasée, et je sens qu'avec mon gynéco au nom de poisson, on va faire une vraie bonne équipe !

    Oui, je le répète, on peut choisir d'être optimiste et de prendre la vie comme elle vient. Toujours.

    « { 20 - 21 sept }Par petites touches »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 22 Septembre 2013 à 13:27

    Comme je suis d'accord, j'aurais pu l'écrire cet article, mais j'avoue pas aussi bien, tu as une jolie plume!

    :D Belle belle grossesse!

    2
    Lundi 23 Septembre 2013 à 08:55

    C'est bien gentil tout ça :)

    Je comprends ce que tu veux dire : je me retrouve aussi dans un certain nombre de tes articles ;)

    3
    Lundi 23 Septembre 2013 à 13:42

    Comme je connais ça...Tu vois pour Byrone nous avons eu plein de soucis, accouchement violent, mise en route chaotique de l'allaitement , néonat, problèmes de prise de poids trop faible. Et pour La Lionne : RIEN. Tout s'est passé nickel, au poil, tranquilou bilou.
    Alors je te souhaite ça, du nickel, du tranquilou, plein de joie et d'amour ! :)

    4
    Lundi 23 Septembre 2013 à 13:42
    Valérie WonderMôme

    J'ai eu moi aussi une grossesse difficile pour WonderBoy. J'ai déménagé, je ne suis plus retournée au CHR qui nous a pourtant bien soigné...autre équipe qui m'a enfin permis d'avoir deux grossesses et deux accouchements plus sereins pour mes derniers....je te souhaite le même bonheur avec cette nouvelle équipe.

    5
    Lundi 23 Septembre 2013 à 13:57

    Merci pour ces témoignages pleins d'espoir !!!

    6
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 15:48
    alicejo

    Ho la la oui, quelle sage attitude...

    Devenir parents c'est en effet se dire que tout devient plus fragile... je positive aussi car tout va bien mais combien de noeuds au ventre, à la gorge passés!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :