• Ma première brassière top-down { tricot }

    Cela faisait longtemps que j'avais envie d'essayer de nouvelles techniques de tricot, et parmi elles, le "TOP DOWN", qui consiste à commencer son ouvrage par le col. On réalise de cette façon des manches raglan très facilement.

    J'avais vu que Tangerinette avait réalisé ainsi de jolis petits pulls pour son fils, alors j'ai fait quelques recherches, et je me suis lancée dans une petite brassière de bébé, taille 00, que j'ai offerte à une amie maman d'une petite préma.

    Le principe est assez simple. On monte le nombre de mailles nécessaires pour l'encolure, en plaçant des marqueurs à l'endroit où l'on veut placer les "coutures" des manches (en vrai il  n'y a pas de coutures mais c'est pour que vous visualisiez). Et puis, 1 rang sur 2, on réalise une augmentation de chaque côté de chaque marqueur, et c'est ainsi que ce créent les épaules et les emmanchures !

    Dit comme ça, ça peut paraître compliqué, mais certains sites expliquent très bien le principe ! J'ai pour ma part fait quelques recherches google et youtube pour bien visualiser la technique, je n'ai hélas pas noté les liens les plus intéressants... Jetez un œil sur Ravelry aussi, il y a sur ce site des modèles top-down gratuits !

    Ma première brassière top-down { tricot }

    J'ai utilisé une laine merinos Katia, j'avais complètement craqué pour ce joli corail.

    Ma première brassière top-down { tricot }


    votre commentaire
  • Premières cousettes de l'année : Mini Marthe

    En vrai, je triche un peu, il s'agit plutôt des dernières cousettes de 2015 ! 

    Mon anniversaire fin décembre fut l'occasion d'investir dans une nouvelle machine à coudre, une Toyota Super Jeans qui fait très très très bien son job, et qui m'a donné de la motivation à revendre pour plein de projets couture !

    Après avoir découvert les patrons République du Chiffon grâce aux jolies cousettes de Justine, j'ai décidé de me lancer sur une version enfant pas trop compliquée, la robe "Mini Marthe".

    j'ai suivi le patron taille 2 ans pour la première robe, avec un lainage violet foncé à pois. J'ai trouvé le patrons très simple à suivre, j'ai juste un peu merdouillé pour coudre mon zip afin qu'il tombe bien. J'ai bricolé un peu pour rattraper l'écart au niveau de ma bande de propreté, qui du coup n'est pas si propre que ça, ahah ! 

    Premières cousettes de l'année : Mini Marthe

     

    Premières cousettes de l'année : Mini Marthe

     

    Ravie de ce patron, mais frustrée car la robe est encore trop grande pour ma belette, j'ai décidé de coudre une deuxième mini Marthe (version blouse cette fois), plus petite, dans un joli tissu satiné vintage que m'a donné ma mamie. J'ai par la même occasion corrigé mes erreurs et réalisé un zip beaucoup mieux fini !

    Je ne sais pas vous, mais moi je suis juste fan de ce tissu un peu kitsch mais trop mignon avec ses petits lapins rétro ! On ne le voit pas sur les photos ci-dessous mais j'ai réalisé une bande de propreté au niveau du col et une seconde sur l'ourlet du bas avec un biais rose clair à pois blancs : le petit détail qui tue et qui donne à ce petit haut un côté baby doll à croquer !

    Premières cousettes de l'année : Mini Marthe

    Premières cousettes de l'année : Mini Marthe

    Premières cousettes de l'année : Mini Marthe

     

    J'espère vous montrer un peu plus souvent des vêtements cousus main par ici, même si le temps manque, comme toujours, le goût d'en faire plus est bien là !


    5 commentaires
  • DIY : Le pot de gratitude

    Et si en 2016 on se réjouissait simplement de ce que la vie nous donne ?

    Au lieu de prendre des tas de résolutions pour changer sa vie, au lieu d'adresser des vœux, de bonheur, de santé, d'argent, comme si nous n'avions rien de tout cela, si on prenait le temps d'être heureux de ce qu'on a, et de ce qu'on vit, surtout ?

    Alors pour 2016, je vous souhaite que la vie ne vous retire rien ni personne de ce qui vous est cher, et je vous souhaite de profiter, de vivre, simplement mais sûrement !

    Ce petit DIY tombe à point nommé, me direz-vous ! Je partage avec vous le premier petit bricolage maison de l'année : notre "pot de gratitude". On est d'accord, le nom de ce petit objet est fort laid, mais le principe est simplissime et formidable !

    On prend un pot, un bocal, une boîte, peu importe, et on y place précieusement tous les petits signes, les petits objets, les photos, qui nous font penser aux bons moments passés au jour le jour. Ce peut-être tout et n'importe quoi : des billets de spectacle, la note d'un restaurant, un caillou ramassé lors d'une balade en famille, un brin de laine restant d'un magnifique ouvrage que vous avez tricoté, votre marque-place lors d'un repas de famille, un article de journal, une feuille d'arbre, un trèfle à quatre feuille... Tous les petits bidules qu'on ne veut pas jeter mais qu'on ne sait jamais où mettre, finalement ! Et puis, le soir du 31 décembre prochain, vous ouvrirez le pot et sortirez tous ces souvenirs des doux moments vécus cette année, pour vous les remémorer, et "remercier" la vie de vous avoir permis de vivre ces petits bonheurs ! 

    Quand on sait comme le négatif a tendance à prendre toute la place dans nos vies, qu'il est bon de garder une trace des petits bonheurs !

    Pour notre petit pot aux souvenirs, nous avons fait très simple : un bocal en verre, de jolies étiquettes et un petit brin de baker twine, le tour était joué !

    DIY : Le pot de gratitude

    DIY : Le pot de gratitude

    DIY : Le pot de gratitude DIY : Le pot de gratitude

    DIY : Le pot de gratitude

    DIY : Le pot de gratitude

     

    Il ne me reste qu'à vous embrasser bien fort pour cette nouvelle année qui commence ! 

    Et surtout, n'hésitez pas à partager vos jolis pots à souvenirs !


    7 commentaires
  • Joue la comme Camilla ! { Tricot }

    Me voilà de retour avec un article tricot, ça faisait longtemps, n'est-ce-pas ? Mais l'hiver approchant, je me replonge dans mes pelotes  !

    L'année dernière, j'avais repéré le superbe pull Camilla dont le tuto est à vendre sur Ravelry.

    J'avais réellement flashé sur le motif façon écailles, mais l'idée de devoir acheter un modèle en anglais sans être sûre de réussir à en comprendre les explications m'a un peu rebutée. J'avais lu aussi à droite à gauche que le modèle proposait de tricoter en circulaire, or le pull est en point mousse, ce qui n'a aucun intérêt puisque vous devez alterner rang endroit et rang envers quand vous le tricotez en rond. De même, plusieurs personnes l'ayant testé le trouvaient trop court.

    Alors j'ai regroupé toute ma concentration, j'ai bien regardé la photo du pull, j'ai dégainé papier crayon et j'ai réfléchi. En réalité, le motif n'est pas très dur à "décortiquer", et on a tôt fait de se dessiner un petit schéma pour mémoriser la marche à suivre.

    C'est donc un Camilla "freestyle" que j'ai tricoté pour ma belette, dans une jolie laine Câline coloris mint de Bergère de France.

     

    Joue la comme Camilla ! { Tricot }  Joue la comme Camilla ! { Tricot }

    Joue la comme Camilla ! { Tricot }

    Qu'on se le dise, ça se voit que je l'ai tricoté en freestyle. C'était la première fois que je faisais un pull sans modèle, et je ne suis pas franchement satisfaite des épaules / emmanchures, mais je sais où j'ai fait des erreurs, et j'ai retenu la leçon pour mes prochains projets.

    Le pull est encore un peu large, la miss aura tout le temps de le porter, et c'est une bonne nouvelle car j'ai passé de longues semaines sur cet ouvrage !

    J'ai pris le parti de ne pas montrer le visage de mes enfants ici, pour les préserver, je ne peux donc pas vous dévoiler les photos dans leur intégralité, mais il est certain que mon hirondelle a adoré poser. Lunettes de soleil, petit renard, bras tendus vers moi et big sourire, elle a pris la pose comme une grande et n'a rien à envier aux mannequins des magazines !

    Hélas, avec le boulot, c'est toujours un peu speed pour faire des photos, alors elles ont été prises le soir, à la lumière artificielle, d'où une qualité qui laisse vraiment à désirer...

    Joue la comme Camilla ! { Tricot }


    2 commentaires
  • Mes petits cotons lavables

     

    Des cotons démaquillants lavables, j'en avais déjà cousus il y a 4 ou 5 ans, mais je ne les avais alors pas vraiment adoptés.

    Aujourd'hui, je n'ai pas pour autant inventé l'eau chaude, mais j'ai le recul sur les erreurs que j'avais faites à l'époque :

    - J'étais partie sur un format rond de demakup : c'était trop petit, et galère à coudre.

    - Je les lavais en machine et j'avais tendance à les perdre entre le panier de linge sale, la machine et le sèche-linge, même si j'ai essayé de les mettre dans un filet, au final, je les égarais. 

    - Conséquence du tiret précédent : j'en avais cousu trop peu.

    - J'avais utilisé du tissu éponge classique : c'était très rêche, surtout pour les yeux

    - Le lavage en machine ne rendait pas les cotons très nets : les traces de mascara restaient incrustées et les disques finissaient tout gris.

    Maintenant que vous savez tout ce qu'il ne faut pas faire, je vais vous dire comment j'ai corrigé mes erreurs et surtout comment j'en suis venue à les utiliser VRAIMENT !

    Côté matériel, j'ai investi dans un coupon de tissu éponge très doux en bambou. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le prix n'est pas excessif (je n'en ai pas eu pour 10€ livraison comprise) et ça se trouve facilement sur des sites comme A little Mercerie. Pour le verso, j'ai utilisé des chutes de tissus fins en coton.

    Mes petits cotons lavables 

    Tissu éponge en bambou : beaucoup plus fin et doux que l'éponge classique.

    Mes petits cotons lavables

     

    La marche à suivre n'est pas sorcière :

    on épingle le tissu éponge et la doublure envers contre envers, on découpe des carrés et on les coud au point zig zag sur tout le tour. J'ai opté pour les coutures apparentes pour ne pas m'embêter, et ça convient très bien.

    Mes petits cotons lavables

     Autre point sur lequel j'ai progressé : le nettoyage ! J'ai décidé de ne plus les laver en machine pour ne plus les perdre. La lecture de cet article de Rose Cocoon m'a donné l'idée de tester le nettoyage au fur et à mesure, à l'ancienne, avec un savon de marseille. Et Bingo !  Voilà qui prend 30 secondes, ça nettoie parfaitement, je n'ai qu'à les laisser sécher dans la salle-de-bains et avec le recul, je me dis que ça laisse moins de cochonneries sur les cotons (donc sur ma peau) que la lessive en bidon !

    Du coup, on les utilise aussi pour nettoyer les fesses de bébé vu qu'on en a d'avance, ne les perdant plus ! Et tout le monde y gagne, notre peau, notre porte-monnaie, et aussi la nature, car c'est surtout pour ça qu'on le faisait au départ, non ?

    Mes petits cotons lavables


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique