• Gravés de mes mains

    Gravés de mes mains 

    J'ai toujours été, au long de ma scolarité, l'élève brillante que les professeurs destinaient à de grandes carrières d’ingénieur ou d'agrégée. Pourtant, en quatrième, lors d'un bilan d'orientation que nous avait proposé la conseillère, les résultats de mes QCM menaient plutôt à des métiers comme fleuriste, décoratrice ou ATSEM. Oui mais pour faire fleuriste ou ATSEM, il faut  un CAP. Or, avec mes 16 et mes 17/20, mes profs m'ont ri au nez.

    Tout cela pour dire que même si j'ai suivi un cursus bac +5, et que j'ai envisagé un instant de poursuivre jusque bac +8, le métier de fleuriste m'aurait bien tentée. Je ne regrette pas ces années d'études qui m'ont apporté tellement, tant sur le plan culturel que méthodologique. Mais quand je me plonge des heures durant dans des activités qui nécessitent un certain sens artisanal, je sens vibrer en moi des émotions très particulières.

    Depuis un bon mois désormais, je me suis mise à la gravure sur gomme. Ce n'était pas une fin en soi, je voulais explorer ce support pour créer des motifs pouvant me servir à décorer des objets divers : papeterie, textile... 

    A ce jour, je prends un vrai plaisir à travailler la gomme. J'imagine, je dessine, je décalque, puis vient ce moment où j'attaque la gomme avec mes gouges : mon geste se doit d'être précis, lent, doux et net à la fois. Petit à petit, les lambeaux de gomme jonchent la table et le motif se dessine. J'encre une première fois pour découvrir le transfert sur le papier, je repère quelques défauts : des traits un peu épais, une courbe encore trop anguleuse, alors je reprends l'outil, j'affine mon tracé, jusqu'à découvrir le motif tel que je l'avais imaginé. Quand je grave, je suis tout entière à la gravure. Il n'y a pas d'espace pour un téléphone qui vibre ni pour quelque conversation. Je suis présente à ce que fais. De même, quand je réalise les supports de bois sur lesquels je colle mes tampons, je suis tout à ma scie qui détaille la planche de bois, je suis dans ces doigts qui sentent la matière et jugent si elle est assez lisse, trop rugueuse. Je ponce, je lime, je touche et ajuste.

    Ces gestes me forcent à être là, juste là, concentrée sur ce que je fais de mes mains. A cette époque où nous sommes de plus en plus multitâches, où nous discutons à table en gardant un œil sur la fourchette et l'autre sur le smartphone, il est de plus en plus rare de pratiquer des activités qui nécessitent de s'y consacrer entièrement. Ô, bien sûr, je pourrais fort bien graver en pensant à ma liste de courses, mais il se trouve que cette activité de mes mains suffit à m'absorber complètement. En cela, je pense qu'il s'agit pour moi d'une Art-thérapie, un peu comme les coloriages pour adultes qui sont de plus en plus pratiqués, parce que l'application qu'ils demandent permet de se déconnecter du quotidien, de se focaliser sur un geste, un motif, d'être présent tout entier dans cette activité et d'évacuer ainsi tensions et stress divers. 

    La sensation des outils sous mes doigts, mon toucher qui se développe au contact du bois, ma précision de mouvement, mais aussi tous ces jolis motifs et objets qui en découlent : tout cela me fait vibrer et je sens au fond de moi que je suis faite pour travailler la matière, tout en créant du visuel, de l'esthétique. Je me prends alors à rêver d'une activité d'artisanat qui rythmerait mes journées, dans une autre vie. Et je cueille les jours où, dans cette vie bien réelle, j'associe ce plaisir du travail des mains à tout ce que mes études et les personnes rencontrées grâce à elles m'ont apporté de bonheur.

    Sur ces différentes photos, vous découvrez quelques un des motifs que j'ai gravés dernièrement, et qui ornent déjà, pour certains, la papeterie que je décore dans le cadre de mon É-choppe optimiste. Ces tampons se placent dans une continuité après les divers essais typographiques qui m'ont poussée à lancer mon échoppe. Calligraphie, tampographie, le fil rouge de l'encre et de la graphie n'est pas rompu.

    Gravés de mes mains

    Gouges pour linogravure

    Gravés de mes mains

    Motif renard

    Gravés de mes mains

     

    Motif Toucan

    Je vous invite à suivre mon travail de gravure sur les différents réseaux sociaux, si ce sujet vous intéresse :

    Facebook - Instagram - Le site

     

    « Entre Beyrouth et GardincourtLe baptême du feu : mon premier 10 km »

  • Commentaires

    1
    Lundi 10 Août 2015 à 18:47

    Je suis toujours admirative des personnes qui savent se servir de leurs mains, moi qui suis dotée de 10 pouces gauches ;-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :