• Morceaux d'été

    Ce que j'aime l'été, c'est la façon dont coulent les jours sans que l'on se soucie qu'on soit lundi, mardi ou dimanche. Les congés sont une douce parenthèse où l'on prend le temps pour tout un tas de choses, où l'on prend l'apéro tout les soirs, où les enfants tardent un peu à aller se coucher...

    Nous ne dérogeons pas à la règle cette année encore et je me fais peu présente ici parce que la vraie vie passe toujours avant. 

    Ce sont les dernières vacances avant l'entrée à l'école du crapaud. Une espèce de bulle dans le temps où nous savons qu'il FAUT profiter. Et ce d'autant plus que nous voyons à quel point ils grandissent, nos petits monstres. Propreté pour l'un, premiers pas pour l'autre. Des conversations de grands, des moments de ras-le-bol aussi puisque l'Hirondelle amorce le virage de la crise des deux ans, à 15 mois (elle mord, griffe, pince, hurle...et je commence à me dire que sa crise sera trois fois pire que celle de son frère qui m'avait pourtant paru coriace). Mais nous nous efforçons d'être là, d'être présents pour eux, présents à eux. De lire des histoires sans avoir le téléphone qui vibre dans la poche, d'allumer l'ordinateur le moins souvent possible.

    Et puis, il y a les fameux travaux de salle-de-bains, qui occupent mon chéri depuis une bonne semaine. Je l'admire car quand on est pas du métier, c'est assez costaud, la plomberie, le montage de murs droits dans une maison absolument pas droite, etc. Un gros cap dans la rénovation de notre maison, cette fichue salle-de-bains ! 

    Je vous laisse donc à vos vacances et vous souhaite de doux moments en famille. C'est maintenant qu'il faut emmagasiner le maximum de bonheur et d'énergie pour affronter la rentrée et l'automne qui s'en suivront, alors un seul mot : PRO-FI-TEZ !

     


    2 commentaires
  • Je reviens ce mercredi avec quelques inspirations que j'avais envie de partager avec vous !

     

    1 Youpi, c'est mercredi ! #5   2 Youpi, c'est mercredi ! #5

    3 Youpi, c'est mercredi ! #5

    1 : La fabutineuse - 2 : Et Dieu Créa  - 3 : Marjoliemaman

     

    1. Voici un livre que j'ai particulièrement envie de découvrir, il s'agit du livre de la talentueuse Fabutineuse, alias Fabienne, une blogueuse qui réalise des tampons encreurs gravés à la main absolument fabuleux ! Pour faire évoluer mes créations de L'E-choppe Optimiste, j'ai envie d'explorer ce savoir-faire, avec dans un coin de la tête l'idée de réaliser des impressions sur textile, entre autres. Je vous en dirai plus très bientôt ! En attendant, filez découvrir le travail de Fabienne !

    2. Côté maison, j'ai plein d'idées de déco qui fourmillent en ce moment. Notamment, nous avons décidé d'abattre la cheminée qui se trouve actuellement dans notre séjour. Elle ne nous plaît pas, elle ne nous sert pas (nous n'avons pas la place pour stocker le bois) et elle nous coûterait un rein si nous souhaitions nous en servir (tout le tubage est à faire). Bref, dans ma tête, elle est déjà rayée de la carte, et je projette déjà plein de choses pour occuper le mur qui sera ainsi libéré ! J'ai par exemple une vieille armoire au grenier, démontée, déjà poncée, qui n'attend qu'une nouvelle vie... Et je me verrais bien la transformer en meuble bibliothèque comme l'a fait Elisa (cf photo 2, l'armoire grise à gauche). Je trouve l'idée top, et mon armoire s'y prêterait plutôt bien !

    3. Après avoir lu l'article de Marjoliemaman sur le bouquin de Marie Kondo (qui est somme toute bien perchée, quand même, la Marie !), j'en ai lu un peu plus sur cette soit disant méthode révolutionnaire du rangement. Autant j'ai un peu de mal avec certains aspects qui, je pense, dépassent un peu notre façon occidentale de penser le monde (l'histoire de l'âme des objets, etc.), autant j'ai adoré certaines astuces, comme le fameux rangement horizontal. Quand j'ai vu ce tiroir, je me suis dit "Mais c'est bien sûr!!!!". Et depuis, le tiroir de la cuisine qui abrite torchons et bavoirs ne ressemble plus à un champ de bataille, et surtout, il FERME !!!

    Voilà, c'étaient mes découvertes et mes envies du moment ! Vous connaissez ces blogs ? La gravure, ça vous parle ? Et le rangement façon Marie Kondo ?

    Dites-moi tout !


    2 commentaires
  • L'été peut arriver

    L'été peut arriver, nous sommes prêts !

    Nous ne sommes pas encore en vacances, mais nous sommes fin prêts à savourer toutes ces petites pépites de vie ensoleillées qui donnent de l'énergie pour toute l'année à venir.

    J'aime cette petite excitation des dernières semaines avant les congés.

    Les dossiers à boucler au boulot avant de partir, même qu'on se dit qu'on n'aura jamais le temps... Toutes ces petites choses qu'on ne fait jamais pendant l'année mais qu'on prend le temps de faire tout de même avant de fermer la porte du bureau : trier les stylos qui ne fonctionnent plus, archiver la paperasse qui s'entasse depuis des mois, ranger une bonne fois pour toutes les armoires...

    Les pauses café qui s'allongent, que l'on prend parfois dehors, sur les marches pour profiter du soleil et des pâquerettes.

    Les bobs, lunettes, flacons de crème solaire que l'on glisse dans le sac pour la nounou.

    Les barbecues, pots et autres restos de fin d'année, pour saluer les collègues qui ne seront plus là à la rentrée : les retraités, les contractuels malheureusement pas renouvelés, les stagiaires, les titulaires de concours qui ont reçu leur affectation...

    A la maison aussi nous ne parlons que de cela.

    Les pantoufles ont été remisées au placard contre des tongs, des claquettes et des crocs (les filles en birkenstock, les garçon en plastoc' : on tient presque un slogan!).

    Les fins d'après-midi se transforment peu à peu en espèce de "pré-apéros" dans la cour, au soleil, où l'on sirote des limonades.

    Et mon crapaud me parle déjà des grandes vacances avec un grand G comme d'une institution : nous irons à la mer, au zoo, nous ferons plein de piques-niques, nous inviterons les copains. Et puis nous préparerons cette fameuse première rentrée aussi. Parce que le charme des vacances, c'est de ne durer qu'un petit bout d'été, nous l'oublions parfois...

    Oui, l'été peut arriver : nous sommes prêts à emmagasiner des litres et des litres de bonheur ensoleillé !

     


    2 commentaires
  • C'était la première fois que je me livrais à cet exercice de questions-réponses pour le blog...

    Vous pouvez découvrir mon interview pour le "Top des blogs stylés" de l'Express styles (oui, dit comme ça, ça fait un peu pompeux, hein, même moi j'ai regardé en deux fois quand j'ai reçu le mail) en cliquant sur l'image ci-dessous.

     

    Tout, tout, tout, vous saurez tout !

    Bonne lecture !


    8 commentaires
  • Ink

    Ink   Ink

    (Source : Pinterest)                                                                                 (Source : Pinterest)

     

    Pendant longtemps, j'ai eu un regard désapprobateur sur les gens qui se faisaient tatouer. Parce que souvent, il s'agissait de motifs tribaux assez connotés "kéké" pour moi, d'écritures chinoises (dont on se demande toujours si ce qui est écrit ne signifie pas "je suis un gros con"!!), de prénoms d'amoureux et autres trucs que je trouvais un peu débiles.

    Chacun fait ce qu'il veut, mais moi j'avais du mal. Je ne suis d'ailleurs toujours pas hyper à l'aise avec les tatouages de prénoms (même ceux des enfants, je ne sais pas, je ne m'imagine pas les avoir sur le corps toute ma vie), ou de trucs à la mode. Du genre les étoiles, comme sur la première photo au dessus, ou les papillons, les nœuds-nœuds , les hirondelles... Je me dis qu'un tatoo est trop personnel et définitif pour que le motif soit juste un truc à la mode.

    Et puis je suis devenue maman. J'ai porté deux bébés dans mon corps, qui s'est déformé pour eux. Je les ai allaités, les nourrissant encore de mon corps, à volonté, corps qui leur appartenait, d'une certaine façon. Alors qu'ils ont commencé à grandir, il m'a fallu retrouver ce corps, le refaire mien. Ce corps béni qui a porté la vie, qui a nourri, qui a souffert aussi, en témoignent la balafre horizontale sur mon ventre, souvenir de césariennes, et les vergetures qui zèbrent délicatement mes seins, mes fesses, mes cuisses... Ce corps maudit, aussi, qui n'a pas toujours fait correctement son travail pendant les grossesses, ô ce que je lui en ai voulu. Et puis bien sûr, ce corps, chéri par ma moitié, qu'il a fallu ré-apprivoiser, tous les deux, tout doucement.

    Aujourd'hui, je découvre mon nouveau corps. Pas si éloigné que ça du corps de la jeune fille que j'étais - un inconnu pourrait même penser que je suis une jeune femme sans enfant - et pourtant passé par pas mal d'épreuves. Des épreuves qui n'ont laissé des marques visibles que dans mon intimité. Et petit à petit, l'idée de marquer mon corps de façon visible a commencé à faire son bonhomme de chemin...

    Dans un premier temps, la remise au sport me permet déjà de me réconcilier avec moi-même : l'effort, la douleur mais aussi le bien-être, les sensations physiques diverses, me font redécouvrir que j'ai des muscles ici, là, et là aussi, que je peux agir sur mon corps par l'effort, que je peux contrôler dans une certaine mesure l'évolution de ma silhouette, et que tout cela me fait du bien à l'esprit.

    Et puis, depuis quelques mois, je pense au tatouage. Ô, je suis encore loin de passer à l'acte, car je me penche tout juste sur le motif qui j'aimerais arborer... Mais je vois désormais cette modification corporelle d'une autre façon. Je me dis que la symbolique ne réside pas forcément dans le dessin, mais dans l'acte lui même, au fond. Et que je j'aimerais bien avoir un joli motif graphique et féminin à mettre en avant comme un joli bijou de peau éternel. Un marquage qui me rappellerait chaque jour qu'il faut aussi vivre pour soi, et qu'on naît femme avant même d'être une épouse et une maman, que mon corps est à moi. Pour l'instant, c'est une toile qui porte les empreintes de ma maternité : pourquoi ne pas y peindre quelque chose pour moi, juste pour moi ?

    Alors bien sûr, ce projet doit encore mûrir un peu. Mon porte-monnaie doit aussi anticiper... Mais je commence à esquisser ce qui pourrait être mon petit étendard sur l'épaule. Un motif floral, délicat, dentelé, et unique...


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique