• La mémoire du corps

    Je crois que ce n'est plus à prouver, notre cerveau est un organe absolument surprenant. Encore plus quand il s'agit de nous faire ressentir les maux de notre corps. Il peut décupler une douleur comme il peut la faire quasiment disparaître selon qu'on vit un événement de façon traumatique ou au contraire sereine.

    La mémoire du corps

    (photo : domaine public)

    Personnellement, j'ai plutôt une excellente mémoire des faits. Toutefois, je crois que comme la majorité des gens, je ne me souviens pas vraiment des sensations physiques précises liées à des blessures, des chocs...Pendant ma seconde grossesse, quand j'ai appris que j'aurais une seconde césarienne, les rêves ont pourtant fait remonter en moi un souvenir que j'avais enfoui. 

    Je me souvenais bien que j'avais eu mal après ma première césarienne. Mais je n'avais - je le pensais- pas de souvenir précis du ressenti de cette douleur. Jusqu'à ce qu'une nuit, vers la fin de ma seconde grossesse, je sois réveillée en sursaut par une sensation de douleur très précise. Pendant l'un de mes rêves, j'ai en effet ressenti, de façon intacte, la douleur qui m'avait transpercé le ventre la première fois où j'avais pu aller faire pipi après la naissance de mon fils et le retrait de la sonde - pour le glamour, vous repasserez. Douleur que je me souvenais avoir eue mais dont j'avais oublié la sensation. Mon cerveau, à la crainte d'une seconde opération, avait fait remonter de je-ne-sais-où cette sensation physique, de façon précise, localisée, et intense.

    Si je vous parle de cela, c'est qu'il m'est arrivé dernièrement quelque chose d'un peu similaire.

    On ne peut pas dire que le moral soit au top du top en ce moment chez moi. Je me sens souvent dépassée par l'énergie et le caractère débordants de mes enfants, j'ai l'impression d'être un peu noyée dans le rythme fou des semaines de boulot et de gestion de deux minis-schtroumphs. L'approche du premier anniversaire de ma belette me file parfois des petits coups de blues dans le sens où tout est passé tellement vite... J'ai parfois le sentiment de passer à côté de moments importants de la vie de mes petits loups quand je suis enfermée 8 heures par jour dans un bureau où je ne m'épanouis plus vraiment. 

    Après la naissance de l'Hirondelle, j'ai ressenti un point douloureux dans le dos pendant quelques semaines au niveau du point de piqûre de la rachianesthésie. Et puis ça s'est estompé, jusqu'à disparaître totalement. Normal. Avant-hier encore j'aurais été incapable de vous dire au niveau de quelles vertèbres avait été faite la piqûre puisque je ne ressentais plus jamais de douleur à cet endroit. Et puis hier, alors que je parlais à mon chéri de mes petits coups de mou du moment, j'ai remarqué que j'avais un peu mal au dos depuis le début de soirée. J'ai touché ma colonne vertébrale, et j'ai noté un point plus sensible : le point exact de ma rachianesthésie, sans aucun doute.

    C'est un peu fou, non ? Je suis persuadée que cette petite douleur dorsale n'a aucune origine physique. Au vu de ce qui me passe par la tête en ce moment, je crois bien que je somatise un peu. Mon cerveau s'est apparemment fait un malin plaisir de me rappeler des sensations ressenties il y a un an, lors de la naissance de ma fille.

    Y a-t-il un psy dans la salle ?

     

    « Youpi, c'est mercredi ! #3Le panier de Pâques (DIY) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Avril 2015 à 10:07

    Je me suis faite opérée d'un ongle incarné à l'âge de 16 ans, une opération à priori plutôt simple, sauf que mon pied était très infecté et l’anesthésie n'a pas fait effet... On m'a ouvert l'orteil, arraché une partie de l'ongle, nettoyé la partie infectée et refermée sans rien, j'ai tout senti ! J'ai hurlé pendant les 10 minutes qu'ont duré l'intervention : Un souvenir très douloureux. Ma cicatrice me fait souffrir de temps à autres, alors qu'elle est quasiment invisible à l’œil nu, il faut vraiment savoir qu'elle est là. Avant c'était souvent, et puis le temps aidant beaucoup moins, la dernière fois doit remonter à un ou deux ans... Depuis cette intervention, je suis persuadée que le corps garde en mémoire ses traumatismes, J'appelle mon pied ma blessure fantôme, comment pouvais-je avoir mal là ou il n'y a rien ?!

    Depuis la naissance de Lily J, j'en ai deux nouvelles : J'ai eu un point pendant des mois au niveau de ma péridurale et il m'est arrivé de la sentir à nouveau, jamais plus de quelques secondes, mais c'était la même sensation (pas très douloureux, mais un point, une sorte de lourdeur, c'est assez étrange). Et il m'arrive régulièrement de sentir mon épisiotomie (glamour, strass et paillettes), pareil, cela ne dure jamais plus de quelques seconde, mais je la sens, comme au lendemain de la naissance de Lily J et ça passe comme c'est venu.

    Bref, les corps sont des instruments étranges !!!

    2
    Jeudi 2 Avril 2015 à 15:29
    MissBrownie

    Le commentaire de Yeude me fait réfléchir car j'ai une vieille cicatrice datant de ma petite enfance sur le genou, un truc qu'aujourd'hui ont aurait recousu mais à l'époque, on a laissé comme ça, surtout que c'est arrivé un jour où il y avait des invités à la maison donc pas le temps d'aller aux urgences (puis avec mon père, la réponse est toujours "mais non, ça ira") ... et donc j'ai souvent mal à ce genou mais je n'avais jamais fait le rapprochement.

    T-Biscuit dit parfois qu'il a mal à la cicatrice qu'il a, toute petite, en haut du front. Preuve de ses 1ers pas filmés (argh).

    3
    Vendredi 3 Avril 2015 à 08:51

    C'est vraiment hyper intéressant ce que vous racontez là les filles ! Quelle est la part de physique, de psychologique ? JE sais que pour les médecin, une douleur psychosomatique reste une vraie douleur. Passionnant en tout cas !

    4
    julodie
    Mardi 7 Avril 2015 à 15:43
    Bonjour
    Je lis très souvent sans pour autant commenter.
    Je me permets juste d évoquer la "micro kinésithérapie" ( cf google) je pense que ça peut vous intéresser.
    5
    Méloufox
    Vendredi 17 Avril 2015 à 21:48

    Bonsoir,

    vous l'évoquez très bien, on possède bien une mémoire du corps.

    Car justement au delà du corps physique, nous sommes pourvu d'un corps émotionnel qui mémorise toutes les expériences sensitives et émotionnelles. Donc comme vous le dites quand on vit quelque chose de fort notre corps s'en souvient, et nous pouvons revivre ces sensations car les tissus (fascias) enregistrent les émotions.

    J'ai moi même vécu une grossesse extra utérine et à présent je suis enceinte à nouveau :) et lorsque j'ai une pensée pour ce 1er bébé perdu, mon corps me le rappelle, j'ai une douleur vive là où ma trompe a été touchée.

    Il faut travailler sur l'émotionnel et l'énergétique, identifier nos sensations et émotions et apporter du souffle là où c'est douloureux...

    Bon vol à vous maman hirondelle!!

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :