• Le sujet qui fâche

    S'il est un sujet qui fait grincer des dents, qui fait suer à grosses gouttes depuis dimanche sur la toile, c'est bien celui des élections régionales.

    Je me suis longtemps posé la question avant d'en parler ici. Parce que je sais que je peux m'emporter un peu (trop?) quand on parle de démocratie, de liberté, de droits. Parce que je me dis que quand je tourne la tête dans la rue, je croise forcément le regard de gens dont je ne comprends pas le vote.

    Enfin, c'est un peu plus compliqué... Ce n'est pas que je ne le "comprends pas".

    Bien sûr, je comprends le ras-le-bol des gens face à la politique actuelle des gros partis, qui ne parviennent à jouer qu'une grande mascarade, un spectacle raté, une illusion dont personne n'est dupe. Je comprends la peur des habitants de Calais quand la situation des migrants dépasse tout le monde. Je comprends la crainte des gens face au djihadisme et ses terribles conséquences. Oui, tout ça, je le comprends.

    Ce que je ne comprends pas, c'est comment on peut croire que l'autre blonde (oui parce que dans ma région c'est la blonde - la plus vieille des deux - qui risque de passer) pourra résoudre tout cela d'un coup de baguette magique. Je ne comprends pas non plus qu'une région riche de nombreuses cultures issues de l'immigration (on compte les petits enfants d'italiens, de portugais, de polonais, que nous avons tous dans notre voisinage ?) puisse se reconnaître dans un parti qui prône le retour à une France de vrais Français.

    Les parallèles - et ils sont très nombreux - entre la montée du FN ces dernières années en France et la montée des totalitarismes dans les années 1930 me glacent le sang. La moitié de la France veut aller droit dans le mur pendant que l'autre moitié gesticule inefficacement pour l'en dissuader. Si seulement nous avions une vraie alternative...

    Mon discours part un peu dans tous les sens. Tout ce que j'ai à dire, c'est qu'il est important de voter, certes, mais il est primordial de pouvoir continuer à le faire dans les décennies qui viennent, comme il est primordial de défendre tous les droits pour lesquels nos aînés se sont battus.

    Contester, c'est bien... Mais si chacun à son échelle essayait d'agir un peu pour qu'on ne saute pas tous de la falaise... Moi, idéaliste ?

    Je terminerai par une réflexion de maman :

    Au fond, la politique c'est un peu comme l'éducation d'enfants en bas âge ! Au lieu de s'épuiser à crier "Ne fais pas ci! Ne fais pas ça!", il suffit parfois de dire "Ce que tu fais est dangereux, mais regarde, si on faisait autre chose ensemble ?"

    « Le non salutairePains d'épices façon Ti'Biscuit { les goûters maison } »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 13 Décembre 2015 à 14:28

    J'adore ton dernier paragraphe! tu as tellement raison! ça m' énerve tous ceux qui disent que ceux qui votent FN sont des gros cons. Je suis comme toi, je comprends leur ras le bol, et les stigmatiser n'arrangera rien du tout, bien au contraire. Les aider à trouver une autre alternative...ok...mais laquelle? Bref...j'ai vraiment l'impression d'être dans une impasse. Et c'est un sentiment très désagréable.

    3
    Dimanche 13 Décembre 2015 à 17:33

    Je viens d'aller lire la chronique : j'aime !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :