• Hardelot - le temps d'un week-end

    Nous avons fêté nos dix ans d'amour, le temps d'un week-end, dans une petite station balnéaire de la côte d'Opale : Hardelot.

    Hardelot, à deux, sans appareil photo : un parti pris pour profiter un maximum et ne prendre que quelques clichés souvenir avec nos téléphones. Un défi s'il en est, tant j'aime photographier les jolis endroits, et tant la qualité photo de nos téléphones laisse à désirer.

    Hardelot - le temps d'un week-end  Hardelot - le temps d'un week-end  Hardelot - le temps d'un week-end

    Hardelot - le temps d'un week-end  Hardelot - le temps d'un week-end  Hardelot - le temps d'un week-end

    Malgré un temps plus que mitigé, un vent à décorner les boeufs et un saut imposé par texti pour s'acheter des vestes polaires (oui, un 13 juin...), ce séjour fut vraiment très ressourçant.

    Deux jours sans les enfants, à écouter nos silences, à pouvoir se tenir la main faute de mini-monstres accrochés à nos bras, à se remémorer "nos débuts" et l'odeur ensoleillée de nos peaux qui y est à jamais associée.

    Un superbe hôtel avec petit déj royal et spa privatif, dégoté presque à moitié prix sur week-end desk ("Les Jardins d'Hardelot", vous pouvez réserver les yeux fermés). Quelques aventures gastronomiques aussi déstabilisantes que merveilleuses ("Le Trident" : brasserie à fuir absolument, digne de Cauchemar en cuisine / Brasserie "L'Océan", seul resto sur le front de mer, très "bonne franquette" mais repas frais, local, et délicieux!). Des glaces artisanales. Des moments romantiques à souhait, comme ce magnifique coucher de soleil.

    Et puis, finalement, ces petites photos de téléphone, si peu nombreuses qu'il n'y a pas besoin de les trier, et qui gardent l'essence de ce moment, tout simplement.

    Hardelot - le temps d'un week-end

    Hardelot - le temps d'un week-end

    Hardelot - le temps d'un week-end

    Hardelot - le temps d'un week-end


    3 commentaires
  • Galerie du temps & Louvre Lens

     

    Lens est à 30 minutes en voiture de chez moi, c'est là que travaille mon chéri, autant dire que lorsqu'il a été question de l'implantation du Louvre à Lens, je me suis sentie concernée, intriguée aussi.

    Je suis allée deux fois, à ce jour, dans ce musée qui fait beaucoup parler.

    Pour ceux qui l'ignorent, le musée est implanté dans un quartier de corons : premier sujet de discorde. Les uns se plaignent du choix de ce quartier pour construire ce fameux Louvre, à la base défavorisé et pas forcément très bien vu  : vous rendez-vous compte? Les milliers de touristes qui vont défiler vont garder cette image là de Lens et de la région ! Les autres au contraire soulignent l'occasion rêvée qui est donnée de valoriser ce patrimoine minier qui est indissociable de Lens. 

    Eh bien pour tout vous dire, quand j'ai vu la tronche du musée, je me fichais pas mal de la question des corons. En effet, s'il fallait contraster avec le Louvre parisien, on ne pouvait pas mieux faire. De l'extérieur, le musée ressemble à un vaste hangar (voyez par vous mêmes) : première impression assez décevante. Je conçois qu'on fasse du moderne, du contemporain, mais à ce point, c'est très très minimaliste !

    A l'intérieur, vous pouvez visiter la "Galerie du temps", qui est l'exposition permanente du musée. D'ailleurs, c'est encore gratuit cette année.

    Vous vous trouvez alors dans une très très grande pièce où sont disposées des œuvres, un peu partout, sans chemin matérialisé indiquant un potentiel ordre de visite.

    Subtilité qui donne au lieu tout son sens : une frise chronologique est apparente sur l'un des murs, elle situe les œuvres dans le temps puisque toutes sont disposées par rapport à cette frise chronologique. Subtilité, oui, car comme vous le constaterez ci-dessous, la frise est grise sur un mur gris, et presque imperceptible pour quelqu'un qui n'a pas "préparé" sa visite. 

    Galerie du temps & Louvre Lens

     

    La salle est très claire, très lumineuse, toujours dans un esprit minimaliste. La visite est de fait très agréable, même si les murs métallisés me donnent toujours un peu cette impression de hangar.

    Au-delà des réserves que j'ai pu émettre au-dessus, je dois dire que cette galerie a un très grand intérêt pédagogique, que ce soit pour des enfants ou des ados qui découvrent l'histoire de l'art ou pour des personnes qui ne fréquentent pas les musées et qui n'ont pas une culture artistique très développée. C'est une vraie sortie à envisager, je pense, pour initier des jeunes, pour qui l'histoire de l'art est désormais au programme de l'école. Une vraie sortie pour les intéresser aussi, car on a beau dire, l'art dans les bouquins, ça ne "rend pas" !

    Il y a toujours quelque chose de magique dans le regard d'une personne qui découvre une sculpture colossale au réalisme surprenant, un tableau peint à l'huile qui ressemble à une photo, un sarcophage égyptien qui a hébergé une momie...

    rGalerie du temps & Louvre Lens

    Galerie du temps & Louvre Lens

    Derrière la galerie du temps, une salle mettait à l'honneur, lors de ma dernière visite, des artistes du Nord-Pas-de-Calais à travers des œuvres de tout type et de toute époque, et ça, j'ai trouvé que c'était un vrai beau clin d’œil à la région, une vraie mise en valeur d'un territoire terriblement marqué par les guerres, la mine, et la misère sociale. Parce que oui, le Nord, la Flandre, ont eu leur lot d'artistes de talent, aussi. il n'y a pas que les baraques à frites, dans la vie.

    Galerie du temps & Louvre Lens

    Je conclurai en vous disant que si vous en avez l'occasion, faite un crochet par ce musée : la diversité des œuvres, toutes splendides, fait que chacun y trouve des choses qui l'impressionnent, qui l'interpellent.

    Mais ne vous arrêtez pas là, cette région est riche d'un patrimoine exceptionnel : les beffrois (Lille, Arras, Béthune...), l'architecture flamande/art déco, les Monts des flandres (cassel, Mont Noir, Mont des Cats...), les plages de la côte d'Opale, les Caps (Blanc Nez et Gris Nez), les châteaux (Ohlain, Condette...) et tant de choses encore !


    3 commentaires
  • La Corrèze est avant tout connue pour être une terre de présidents, ça s'arrête souvent à cela, et c'est dommage.

    Avant d'y avoir de la famille, j'aurais été incapable de situer ce département sur une carte. Depuis dix ans, j'ai appris à découvrir cet endroit, et il me charme de plus en plus à chaque visite.

    Un hameau en Corrèze

    Nous avons passé une semaine cette année chez mon beau-frère, dans un des hameaux d'un tout petit village du limousin. Bref, la campagne. A gauche de la maison, une pâture avec des vaches - limousines, of course - et les quelques autres maisons du hameau, à droite, la forêt. Le cadre parfait pour nous déconnecter de notre vie beaucoup trop speed et nous recentrer sur l'essentiel dans un cadre verdoyant.

    Le beau temps n'a pas franchement été au rendez-vous mais j'ai ramené quelques clichés des alentours de notre pied-à-terre.

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    La Corrèze est un département vraiment idéalement situé, à une petite heure des volcans d'Auvergne à l'Est et de la Dordogne à l'Ouest. C'est une contrée très vallonnée, avec des collines, des plateaux, des cascades et quelques montagnes culminant à près de 1000 mètres pour les plus hautes. On est finalement pas très loin d'un paysage vosgien aux alentours de Meymac et Egletons.

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    Un hameau en Corrèze

    Parmi les quelques endroits charmants que j'ai déjà visités mais dont je n'ai pas de photos récentes, je vous recommande entre autres le petit bourg de Meymac, les magnifiques ruines du château de Moustier-Ventadour où se déroulent des Médiévales en été (excellent souvenirs de veillée contée aux flambeaux et de son et lumière), les cascades du Deiro, près d'Egletons, mais aussi tous les petits villages de pierre où vous passerez certainement au gré de vos balades. Et puis la forêt, évidemment, qui abonde et permet de faire de jolies randonnées ou encore la cueillette des champignons. 

    Pour les amateurs de virées touristiques, filez jusqu'à Argentat, village bourré de charme, ou poussez jusque Clermont-Ferrand ou Périgeux pour découvrir le patrimoine alentour !

    Un hameau en Corrèze


    3 commentaires
  • Je vous présente la suite et fin de notre périple normand de septembre ! Enfin, me direz-vous !

    Le second jour, nous nous sommes rendus à Honfleur, dont j'avais entendu beaucoup de bien. Après avoir fredonné "T'as voulu voir Honfleur et on a vu Honfleuuuuuur!" tout le long de la route, nous avons pris le temps de flâner dans cette très très jolie ville portuaire. 

    J'ai vraiment beaucoup aimé le charme médiéval et typiquement normand de cet endroit. Le hasard du calendrier fait que nous sommes tombés sur le marché des antiquaires qui se tient tous les premiers dimanches du mois. Moi qui suis fan de vieilleries, j'ai été absolument charmée !

    A  Honfleur, ça fleure bon la mer, on entend les mouettes, beaucoup de magasins et de restaurants jouent la cartes du "maritime", mais je ne savais pas qu'il y avait autant de galeries d'artistes dans ce port ! La concentration de brocanteurs n'est pas mal non plus. Ces deux aspects donnent vraiment beaucoup de charme à la ville.

    Je suis tombée amoureuse de tous ces escaliers que l'on trouve dans la vieille ville !

     

    Après Honfleur, que nous avons arpentée en une grosse demi-journée, direction Etretat, qui n'est qu'à 30 minutes en voiture. Ce n'était pas au programme du week-end mais le peu de distance entre les deux villes m'a donné envie d'y faire un saut, car il faut bien le dire, Etretat fait partie des sites à voir au moins une fois, en France.

     

      

     

    Je vous le disais dans l'article précédent, ce week-end est allé crescendo : j'ai adoOoré Etretat.

    Pour arriver jusqu'à la mer, on traverse cette petite ville assez charmante mais plutôt minuscule. On se demande où l'on voit les fameuses falaises. Puis, quand on arrive sur la promenade au dessus de la plage, d'un coup d'un seul on voit alors ce splendide paysage formé par la plage de galets encadrée de ces majestueuses falaises. J'ai du mal à retranscrire avec des mots l'effet que cela m'a fait. On ne voit rien, puis d'un coup, on s'avance et là, on se prend en pleine face la beauté du décor.

    Le grand soleil et l'eau bleu-océan de ce jour-là y étaient sans doute pour quelque chose.

    Nous sommes repartis avec du cidre, évidemment, et ce petit moulin à vent pour notre amour de crapaud, parce que nous nous sommes dit que le cadeau le plus simple et le plus coloré était sans doute celui qui lui plairait le plus. Nous avons visé dans le mille. Bien que ce week-end en amoureux fut formidable, serrer nos deux loulous dans nos bras nous a fait beaucoup de bien le dimanche soir.  

    C'était ma première fois en Normandie, c'est fou de ne jamais y avoir mis les pieds en 26 ans, sachant que c'est à à peine 3 heures de voiture de chez moi. 

    Je pense que nous retournerons au moins à Etretat, qui m'a fait un effet boeuf. J'aimerais aussi découvrir la côte qui va de Dieppe vers Fécamp : c'est encore plus proche de chez moi et il paraît que Dieppe est une jolie petite ville aussi !


    3 commentaires
  • Le mois de septembre a commencé sur une note très douce pour nous, avec un petit week-end en amoureux en Normandie. Notre goût pour les villes que nous avons visitées est allé crescendo.

    Direction Deauville et Cabourg le premier jour.

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

     

    • Deauville

    Même si Deauville a du cachet, nous avons moyennement apprécié. C'est franchement surfait.

    Tout sent terriblement le fric (l'alignement d'enseignes du genre Longchamp-Saint Hilaire-IKKS par exemple y est sans doute pour quelque chose), même si nous avons trouvé facilement une petite brasserie pour manger des moules frites avec un petit budget. Et une bonne crêpe au caramel au beurre salé aussi ! Mioum ! A 12€ les moules frites, J'ACHETE, comme dirait l'autre.

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)  Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    La hasard du calendrier a fait que nous y sommes allés en plein festival du film, il y avait donc du monde, mais c'était supportable.

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Les fameuses planches... avec ce qui est en fait d'horribles cabines de plage en béton ;)

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

     Les plages sont très grandes, très belles, un peu comme celles de ma région sur la Côte d'Opale.

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    • Cabourg

    De Deauville à Cabourg, il y a une vingtaine de minutes en voiture, mais ça passe assez vite dans la mesure où la route longe la côte et  l'on traverse ainsi plusieurs villages de bord de mer hyper charmants (Houlgate notamment)

    A Cabourg, le front de mer est bordé de nombreuses villas qui sont sans doute des résidences secondaires; Beaucoup d'entre elles semblaient inoccupées en ce premier week-end de septembre. La digue, immense, est hyper agréable pour se balader.

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Nous avons dîné dans un petit restaurant de la rue commerçante (oui, il n'y a qu'une rue commerçante à Cabourg, c'est très petit, mais très mignon). "La Crémaillère" propose essentiellement des galettes et des salades, nous avons bien mangé, le cadre était plutôt sympathique.

    Périple Normand # 1 (Deauville - Cabourg)

    Deauville et Cabourg sont deux villes normandes plutôt chouettes, avec une préférence pour Cabourg, qui, quoique dominée par son "Grand Hôtel" et son Casino, est beaucoup plus simple et moins friquée que Deauville.Nous nous y sommes bien senti.

    Je n'ai pas de bel hôtel à vous montrer en revanche car nous avons dormi dans un Ibis Budget (il n'y avait plus grand chose d'autre quand nous avons cherché, et encore, à 80€ la nuit, je n'ose imaginer le prix que ça nous aurait coûté de dormir dans un hôtel au standing supérieur !)

    La nordiste que je suis a été assez surprise du peu d'activité commerçante directement sur le front de mer. Je suis habituée à des villes comme Berck-sur-mer, Malo-les-bains, entre autres, alors dans mon imaginaire, une digue était forcément animée par des restaurants, des commerces de souvenirs...

    Le calme de ces fronts de mer a donc été très dépaysant pour nous, mais dieu que ça nous a fait du bien, le grand air !

    Je reviens très vite vous parler de Honfleur et Etretat, que j'ai trouvées vraiment magnifiques !


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique