• Parents nés prématurément

    ...ou comment "se contruire avec".

    Je réédite un article de mon ancien blog, écrit 3 mois après la naissance de notre crapaud prématuré. Sa naissance fut aussi notre naissance en tant que parents. Et je dédie aujourd'hui cet article a une toute nouvelle maman que je connais, qui traverse en ce moment l'épreuve de la prématurité.

    Parents nés prématurément

    Avoir son enfant en néonat est quelque chose de très difficile à vivre. Même si le mien n'y a passé "que" 24 jours, son séjour là-bas nous a semblé interminable. Mais "le bébé va bien, c'est le principal", se répète-t-on, à force de l'avoir entendu dans toutes les bouches.

    Une courte réhospitalisation un mois après son retour à la maison m'a fait réaliser que d'une part, le bébé n'allait peut-être pas si bien que cela, et que d'autre part, le "principal" m'avait fait mettre de côté quelque chose de primordial : j'étais très très bas, côté moral. Quand nous avons franchi de nouveau les portes de la néonat, je me suis pris un énorme contre-coup dans la figure. Outre l'inquiétude de voir son enfant subir des examens et de ne pas savoir pourquoi ses bilans sont mauvais, s'il a une maladie rare ou grave, j'ai compris que la page n'était pas du tout tournée.

    J'avais tout enfoui... Certaines douleurs ou frustrations de ma fin de grossesse comme la nécessité d'être au repos, la frustration de ne rien pouvoir faire, le regard compatissant de certains contre les petits "la grossesse n'est pas une maladie" des autres alors qu'à quelques jours près, le bébé et moi y passions. J'ai réalisé que je souffrais toujours de n'avoir pas eu un accouchement ne serait-ce que "classique", que je souffrais surtout de n'avoir pas eu mon enfant auprès de moi tout de suite, que j'avais le coeur en miettes d'avoir dû attendre près de 48 h pour espérer voir mon fils à cause d'une ridicule histoire de perfusion non remplacée par des comprimés ce jour-là (je ne pouvais pas aller en néonat avec ma perf). J'ai revécu difficilement ces soirs où il fallait remettre ce beau bébé dans sa boîte, où il fallait rentrer à la maison rien qu'à deux. J'ai revécu cette désagréable impression d'être transparente pour le personnel médical, aussi...

    Oui, j'ai trouvé la vie profondément injuste de nous faire vivre ces épreuves alors que nous n'avions pas de facteurs de risques.(Je n'ose pas imaginer ce que ça aurait donné si j'avais eu quinze ans de plus, un surpoids, si j'avais fumé, bu, porté des choses lourdes, pris la voiture tous les jours, etc.)

    Il m'aura fallu plus de trois mois pour commencer à tourner doucement la page.

    J'ai compris qu'il ne servait à rien d'enfouir tout cela, que ces douleurs ne s'effaceraient pas, qu'il fallait simplement apprendre à vivre avec. Ce sont des valises emplies d'émotions que nous traînerons toujours derrière nous, et qui font de notre famille celle qu'elle est à ce jour.

    Certes, nous n'avons pas vraiment vécu les jolis moments que vivent les autres parents autour de la naissance de leur enfant, mais nous en avons vécus d'autres. Malgré tout, mon accouchement fut un vrai beau moment partagé avec mon homme (j'y reviendrai dans un article dédié), la première tétée fut à 1 000 000 sur une échelle de 1 à 10 en terme d'émotion, et le papa a eu une place primordiale dans cette histoire(là aussi j'y reviendrai). 

    Certes, j'ai mis du temps, dans de telles conditions, à créer un lien avec mon enfant, mais ce lien est aujourd'hui extrêmement fort. Souffrir de la séparation, découvrir que notre enfant reconnaît notre odeur, notre voix, le voir subir de nombreux soins et examens désagréables, savoir qu'il est extrêmement fragile et avoir peur chaque jour de le perdre : autant de choses qui font évoluer le lien très vite. C'est un peu à l'image de la courbe de croissance de mon petit bout : un départ de très très bas, mais une courbe quasi verticale !

    Non seulement cette naissance a révélé la force de notre couple (quand on sait qu'un couple sur cinq se sépare dans le mois qui suit la naissance d'un enfant sans que les conditions soient forcément difficiles...), mais elle nous a révélés en tant que parents. Parents détenteurs d'une autorité qui prévaut face aux médecins quand il n'est plus question de vie ou de mort : pour lui, nous avons "gueulé" quand les médecins nous ont pris pour des idiots, pour lui, nous avons dû faire des choix, nous surpasser. Et ces valises-là ne sont pas des boulets que l'on traîne.

    Au fond, la vie n'a pas été si injuste que cela...

    Au bout de cette route tortueuse, nous avons trouvé un espace paisible où la vie "tous les 3" a commencé à pouvoir se mener doucement, tout en ayant mesuré à quel point l'équilibre quotidien pouvait être fragile. Alors nous profitons, nous savourons ces petits moments tout simples. Nous apprenons sagement à ne plus passer notre temps à regretter le passé et à anticiper l'avenir avec angoisse. Sans toutes ces embuches, sans doute perdrions nous encore beaucoup de notre temps...

     

    « Adieu acné : ma routine visageCe que vous ne lirez pas ici »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 11:50
    Allychachoo

    Quel joli texte <3 La néonat est une épreuve si difficile...

    2
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 16:39
    Claudia etc
    Six mois après cette épreuve de la néonat je commence seulement à m'en remettre doucement <3
      • Vendredi 9 Octobre 2015 à 15:18

        Le temps fait doucement son travail, mais on n'en guérit jamais vraiment...

    3
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 17:08

    très beau message plein d'émotions, ça m'a beaucoup émue ;)

    des bisous

    4
    Jeudi 8 Octobre 2015 à 21:54
    Justine

    On n'oublie pas la néonat, dans ses bons (il y en a un peu!) comme ses mauvais côtés!

      • Vendredi 9 Octobre 2015 à 15:19

        C'est clair, on ne l'oublie jamais. Jusqu'à certaines odeurs, certains bruits...

    5
    mimi
    Mardi 13 Octobre 2015 à 07:52
    6
    Jeudi 22 Octobre 2015 à 14:15
    Il y a cinq ans, nous allions vivre ces épreuves de la réa et de la néo. J'ai mis beaucoup de temps à m'en remettre, à ne plus culpabiliser... c'est une 2e naissance dite normale qui m'a aidée à voir tout le positif de cette situation!
    Les gens ne comprennent ce que nous vivons!
    Merci à toi!
    7
    Dimanche 24 Janvier 2016 à 17:46

    Bonjour, je découvre ton blog et je m'aperçois d'un certain nombre de points communs... dont nos premiers pas de mamans inclusive prééclampsie et ses complications, prématurité, néonat,

    Merci pour ce très joli article qui me parle beaucoup, d'autres sur le meme sujet, et ceux sur d'autre sujets que je suis en train de découvrir et qui me parlent aussi !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :