• Petite histoire de continence

    Petite histoire de continence

     

    Avant d'avoir d'être enceinte et d'avoir des enfants, il y a plein de choses qu'on ignore sur ces étapes de la vie, parce que personne n'en parle.

    Les sphincters plus "lâches" à cause des hormones pendant la grossesse, la pose d'une sonde urinaire sans anesthésie, la révision utérine... On en discute rarement en famille à table, et c'est tant mieux !

    Parmi les étapes de la vie de nos tous jeunes enfants, celle de l'acquisition de la propreté, par exemple, était dans mon imaginaire quelque chose d'assez simple. Quelque chose qui pouvait prendre du temps mais qui avait ce côté presque magique, comme dans les livres pour enfants : un jour, le petit décide de faire dans le pot, et ça y est, il est propre.

    Ô, naïveté !

    Ici, on parle du pot depuis un an. Et je ne compte plus les progrès, régressions, blocages en tous genres... Enfin, je touche du bois, on y est enfin arrivés, pourvu que ça dure.

    Si j'ai envie de raconter cette histoire ici, c'est pour expliquer à quel point ce n'est absolument pas "magique", pour un enfant, le mien en tout cas, de devenir propre - je préfère le mot continent, à vrai dire. Et puis pour partager nos trucs et astuces parce que les galères, on n'a pas toujours su comment les affronter. Qu'on se le dise, ça rassure de voir que c'est pareil chez les autres.

    Les étapes...

    Vers 18-20 mois, la nounou a commencé à asseoir le Crapaud sur le pot. Elle a eu quelques pipis. Chez nous, il s'asseyait dessus mais ne faisait jamais rien dedans. Nous n'avons pas forcé. il s'asseyait, c'était bien, il refusait, ce n'était pas grave. A la même époque, l'Hirondelle a agrandi la famille, et je soupçonne cet événement d'avoir un peu perturbé le crapaud. Après tout, pas facile de devoir s'essayer au pot quand on a une toute nouvelle petite sœur, qui bouleverse l'équilibre familial, et surtout qui fait dans ses couches.

    En août, pour ses 2 ans, nous avons commencé les lectures en lien avec le pot, puis nous avons essayé de le laisser sans couches, pour voir. La fameuse :"il e aura marre de se faire pipi dessus, il comprendra qu'il faut aller sur le pot". Après 20 changes en une matinée pour cause de crapaud qui joue dans sa flaque de pipi sans en être incommodé le moins du monde, on s'est dit qu'il n'y comprenait rien, et que ça ne le dérangeait pas. Une fois, même, il a fait pipi alors qu'il était tout nu à côté de la baignoire que je remplissais d'eau pour le bain, il a regardé ce qui se passait en me disant "Ohhh, de l'eau". C'était pas gagné...

    Entre ses deux ans et ses deux ans et demi, il continuait d'aller sur le pot chez la nounou, mais ne faisait plus rien dedans. A la maison, il voulait de moins en moins s'y asseoir et nous a gratifié de 3 pipis grand maximum. Il a aussi commencé à se retenir de faire caca chez la nounou, et lâchait le cadeau dans la couche à peine monté dans la voiture. Là j'ai compris qu'il savait se retenir, et qu'il commençait à être stressé à l'idée de faire en dehors de la maison.

    On a eu une phase où la nounou, sans vouloir le braquer, disait "ohh, tu as fait dans la couche, je ne suis pas très contente, je voudrais que tu fasses dans le pot". Résultat, il me disait qu'il n'avait pas le droit de faire pipi chez nounou, il s'est vachement attaché à nos réactions, en nous demandant sans cesse si nous étions contents ou pas. Il est devenu très angoissé, et se retenait de faire pipi, laissant sa couche sèche du matin jusqu'à la sieste de l'après midi. Cette histoire m'a bien tracassée, et on a décidé de lui lâcher la grappe. On a laissé les couches, et on a arrêté tout commentaire du type "c'est bien/pas bien" quand il était question des pipis-cacas, à la maison, comme chez nounou.

    Et puis, après quelques temps (vers février je dirais), on lui a reproposé le pot. Chez nous, c'était non, il ne voulait pas. Chez nounou, il est devenu continent en quelques semaines : il faisait tous ses pipis dans le pot, bien qu'ayant une couche, sachant que nounou le mettait sur le pot à heures fixes : c'était assez ritualisé.

    Un vendredi soir de mai, alors que le Crapaud était propre chez la nounou depuis un moment, je lui ai proposé de ne plus mettre de couche à partir du lendemain :

    "demain, si tu es d'accord, on ne met plus de couches. Si tu fais tous tes pipis dans le pot, tu auras des caleçons Roi Lion" (oui, le chantage, c'est mal). Le lendemain, le voilà sans couche.  4 accidents le matins, puis à partir de là, c'était bon, on lui proposait d'aller aux toilettes, il faisait, et depuis un mois et demi, nous avons eu un seul accident (à la pharmacie du quartier, on est grillés ^__ ^, mais juste parce que nous, adultes, avons oublié de le faire aller aux toilettes avant de partir).

    Le déclic avait eu lieu, j'ai fabriqué des caleçons Roi Lion, parce que oui, c'est bien beau, mais ça ne se vend pas, du moins pas par chez moi, on ne trouve que cars et planes, bouhouhou, alors j'ai acheté du papier transfert, imprimé des personnages du roi lion, et floqué des caleçons blancs achetés en quantité chez Zeeman... Ce qu'on ne ferait pas pour nos schtroumpfs.

    Mais on avait gagné la bataille, pas la guerre.

    Pour les cacas, pendant 3 semaines, il fallait mettre une couche et il faisait dedans, debout.  Petit à petit, il a accepté de s'asseoir sur le pot avec la couche, puis juste de mettre la couche au fond du pot, et enfin, de mettre un peu de papier au fond du pot. Il ne fait pas dans le pot vide. Je pense que ça le rassure qu'il y ait quelque chose au fond pour "rattraper ce qui tombe". Glamour du soir, bonsoir.

    Ensuite, il y a eu la question du lieu où il faisait. Jusqu'au week-end dernier, c'était à la maison, ou chez nounou. Ailleurs, il se retenait, des heures durant. J'ai fini par réussir à lui faire exprimer qu'il avait peur que lui ou son attirail tombe dans le trou.

    Le week-end dernier, il était chez ses grands parents, il n'a pas eu le choix : Mamie l'a rassuré, "je te tiens bien, tu ne peux pas tomber", et miracle, maintenant il fait chez Mamie.

    Voilà, on en est là ! Prochaine étape, l'école, en septembre. C'est quitte ou double : soit il est serein et suit les autres, soit il nous refait un blocage. Affaire à suivre !

    En tout cas, je me dit qu'on l'a peut-être mis sur le pot trop tôt, et que finalement, attendre les 2 ans passés pour y penser, ce n'est pas si mal. Du moins, je crois qu'on attendra plus longtemps pour l'Hirondelle.

    Les trucs & astuces :

    Alors là, je pense que c'est très variable d'un enfant à l'autre. Bien entendu, ne pas s'énerver, ne pas le braquer, même si parfois on en a marre de parler du pot depuis des mois sans voir de progrès.

    Les bouquins permettent d'aborder le sujet de façon détachée. Même si j'avoue, je déteste tous ces livres où la propreté semble s'acquérir de façon presque magique. Cléo et le pot, même s'il ne révolutionne rien, a le mérite de mettre en scène des accidents, c'est déjà ça. J'envisage sérieusement de bricoler un bouquin qui explique d'où viennent le pipi et le caca, et qui réponde aux angoisses des petits (style "tout va tomber dans le trou"). 

    Après, il faut jouer avec les personnages favoris de vos pitchounes...

    Ici, le pot avec autocollant Oui-Oui par exemple a été un fiasco : on pensait qu'il serait ravi, il n'a jamais fait dedans... En revanche, les caleçons Roi Lion nous ont fait passer un cap. En tout cas, rares ne sont pas les enfants motivés par des sous-vêtements à l'effigie de leurs héros, c'est un point à retenir ! Si comme chez nous, ils adorent un héros dont on ne trouve pas de produits dérivés, il suffit de les fabriquer ! Une imprimante, du papier transfert, un fer à repasser, le tour est joué !

    Le truc qui a bien marché aussi chez nous, c'est de lui proposer des moyens différents : pot, réducteur, pot mou (couche qu'on met juste le temps de faire pipi ou popo), et aussi de lui permettre d'y aller très progressivement (l'histoire de la couche dans le pot par exemple).

    Enfin, dernier recours qui fonctionne : le cahier à gommettes. On a fait un cahier avec la date de chaque jour, et quand le crapaud fait pipi, il peut y coller une gommette de son choix, quand il fait caca, c'est deux. Et bien il ADORE !!! Cela nous a permis aussi de le motiver chez les autres. Il passe la journée chez Mamie ? Eh bien je lui dis qu'à mon retour, je veux qu'il me montre toutes les belles gommettes qu'il a collées dans le cahier. Ici, ça marche du tonnerre !

    Voilà, j'espère que ces petites idées vous serviront et que notre histoire vous aidera à relativiser. Finalement, les gamins propres à 20 mois et qui sont à l'aise avec le sujet ne sont pas si nombreux... J'entends dix mille fois plus d'histoires de parents qui désespèrent à l'approche de la première rentrée à l'école !!!!

    Et vous, vous avez des astuces pour aider les enfants dans cette grande étape ?

     

    « Hardelot - le temps d'un week-endInk »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 18 Juin 2015 à 00:16

    Pfff... Chez nous ça n'avance pas.... On a mis en place le tableau, mais elle s'en fiche, on a décoré le pot etc. Du coup, je lui fout la paix, parce que depuis elle développe plein de peurs complétement étranges... Bref c'est loin d'être simple l'acquisition de la continence !

    2
    Jeudi 18 Juin 2015 à 10:16

    @ Yeude : Bon courage à toi. Je crois que leur foutre la paix est vraiment bénéfique. Ici, la période de pause a permis de reprendre plus tard sur des bonnes bases plus sereines. De toutes façon, ils sentent que l'échéance de l'école nous stresse, c'est sûr...

    3
    Jeudi 18 Juin 2015 à 12:28
    MissBrownie

    Alors alors ... T-Biscuit, on lui a proposé le pot à 18 mois, juste avant la naissance de sa soeur. Erreur. On a vite abandonné et on l'a laissé tranquille. Vers ses 2 ans, un de ses copains de crèche a retiré les couches. Il l'a suivi. Je n'ai rien fait ou presque. Il est devenu propre jour et nuit à 2 ans. Je devais juste jouer avec lui quand il était sur le pot pour la grosse commission (mais il était toujours constipé)

    Chupa, je ne me suis pas pris la tête. Je ne lui ai rien proposé car elle ne me paraîssait pas prête. Jusqu'au jour où à la crèche, elles m'ont dit qu'elles la trouvaient prête pour retirer les couches car là-bas, ça fonctionnait bien. Elle allait sur les toilettes avec les autres et sa couche était sèche. On a testé 1 we et c'était OK. Propre le jour à 23 mois et à 3 ans pour la nuit car elle prenait de gros biberons de lait le soir.

    Chichi, j'ai tout raconté sur mon blog. Je lui ai retiré la couche pour les grandes vacances 2013. Il avait 27 mois. Après plusieurs accidents, il se retenait et j'étais obligé de le mettre dans la douche pour qu'il fasse pipi avec le jet d'eau. En 10 jours, il a eu un déclic et est devenu totalement propre en journée et nuit, par contre pour les selles, c'était la cata ... ça a été plus long, comme pour ton fils, il a fait un temps dans la couche qu'on lui remettait pour ça, puis il se retenait ... Heureusement, pour sa rentrée en maternelle, tout était ok :)

    4
    Jeudi 18 Juin 2015 à 13:21

    @ MissBrownie : comme quoi, 3 enfants, 3 histoires différentes. C'est "marrant" (façon de parler) mais on aurait tendance à croire que pour le 3ème, c'est plus facile, il suit les grands... et ben non apparemment :/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :