• Chose promise, chose due : l'heure est venue pour moi de faire un petit point sur la petite révolution que nous avons entreprise côté consommation et réduction de nos déchets. Cinq moi, c'est presque une demi-année, et c'est déjà suffisant pour faire un premier bilan.

    • Faire plus de choses nous-mêmes pour en jeter moins

    L'une des clé de voûte de cette (r)évolution, c'est indéniablement le FAIT MAISON !

    On n'achète pus que très très rarement des plats préparés, à la maison. La seule survivante est la pizza de secours au congélateur pour les soirs de grosse grosse galère... et puis il y a la soupe en bouteille en verre qui nous dépanne aussi, parce qu'il paraît que je ne suis pas très douée pour cuisiner les soupes.

    Les soirs de semaine, on privilégie les choses simples : jambon / féculents / crudités, quiches, gratins de légumes en tous genres, omelettes, poisson vapeur / riz... Et le week-end, on se permet des petits plats mijotés, type carbonnade flamande, sauté de porc, blanquette, et c'est là notre apport essentiel en viande pour la semaine, avec possibilité de tupperwares à emmener au boulot le lundi midi ...

    Pour les desserts, on privilégie les fruits, bio et de saison si possible, et les yaourts maison, que je réalise de façon assidue, au minimum une fois par semaine. Sinon, on mange des yaourts de la ferme.

    Quant aux goûters, les paquets de biscuits industriels se font très rares dans les placards, j'arrive à me tenir à la préparation de goûters maison. Et quand je n'y arrive pas, il y a la solution pain/confiture qui ravit toujours les enfants, ou les gaufres artisanales achetées à la Ruche qui dit oui.

    Voilà, on arrive à se tenir à cela, grosso modo. Alors bien sûr, il y a le petit craquage Mac Do ou KFC de temps en temps, bien sûr il arrive qu'on soit pris de cours une semaine parce qu'on a couru partout au boulot et qu'on a manqué de temps. Mais en cinq mois, c'est resté  occasionnel, et je crois qu'on a vraiment changé nos habitudes ! On ne vit pas pour autant comme des moines ou hors de notre temps !

    Faire maison, c'est jeter moins :

    - parce qu'on a forcément moins d'emballages, et que les emballages des produits de base sont souvent recyclables (paquet de farine en papier, boîte à oeuf en carton, etc.).

    - parce qu'on prépare les plats/goûters en fonction des besoins réels alors qu'au supermarché, on achète parfois plus que de raison et on en vient à gaspiller des choses qu'on n'a pas mangées, qui sont périmées... Combien de fois auparavant ai-je entamé des paquets de biscuits qui sont restés ouverts, oublié au fond du placard, ont ramolli et que j'ai donc fini par jeter ?

    - parce qu'on est conscient de la valeur de ce qu'on mange, puisqu'on a passé du temps à le préparer : on n'a donc aucune envie de gaspiller, surtout que c'est souvent meilleur qu'un aliment industriel !

     

    Objectif zéro déchet : le point après 5 mois

    • Acheter autre chose, autrement

    Comme je vous le disais, on a changé nos habitudes de courses.

    Les achats à La Ruche qui dit oui sont devenus inévitables pour de nombreux aliments de base : fruits et légumes, fromage, viande, crèmerie. Et en plus, on rencontre les producteurs, tous locaux, et on leur ramène à chaque fois les emballages qui peuvent être réutilisés (boîte à oeufs, supports en plastique pour faire des lots de yaourts, etc.)

    Le reste, on l'achète encore au supermarché, mais en faisant un peu plus attention : du bio quand on peut, des emballages recyclables quand on trouve, et si possible du verre plutôt que du plastique, parce que, d'une, ça se recycle facilement, et de deux, c'est réutilisable ! J'ai une collection de pots, de bocaux, de bouteilles, qui m'est désormais fort utile, pour ranger dans les placards, pour stocker le fait maison, ou pour emporter de la nourriture à l'extérieur !

    J'essaie de passer assez régulièrement au supermarché bio près de chez moi car on y trouve beaucoup de choses en vrac : le muesli pour le petit-déj, des pépites de chocolat, raisins secs, cranberries, amandes, etc. pour faire des gâteaux, et puis des pâtes, du riz, etc.

    Là encore, on s'y tient ! Et ce n'est pas forcément très contraignant.

    En revanche, il faut être clair, mieux manger, moins jeter, ça ne coûte pas moins cher. Hélas, le bio reste assez cher de manière générale, et au lieu d'acheter des biscuits, vous achetez plus d'oeufs, de farine, etc. pour les confectionner... On ne fait pas forcément d'économies, mais on s'y retrouve : globalement on ne dépense pas beaucoup plus qu'avant, pour une qualité alimentaire qui est elle, bien meilleure.

     

    • Les bémols, ou la marge de progression pour rester positifs !

    Pendant ces cinq mois de pleine conscience de nos achats et de nos déchets, nous avons bien entendu noté quelques bémols, pour lesquels je n'ai pas encore forcément de solution, mais on y travaille !

    - l'incompatibilité des fêtes de fin d'année et du zéro déchet :

    La période des fêtes de Noël a mis notre bonne volonté à très rude épreuve !!! Les petits ont reçu une avalanche de cadeaux (les lutins du père Noël ne s'en tiennent pas toujours aux listes, et en plus, nous avons une famille nombreuse !), nous avons jeté des sacs entiers de papier cadeau, de boîtes en tout genre... Aïe aïe aïe. Je sens que je vais devoir potasser d'ici Noël prochain pour améliorer tout ça. J'ai lu un article de Béa Johnson très intéressant à ce sujet : une bonne mine d'idées pour l'an prochain !

    - le compost quand on n'a pas de jardin :

    Nous n'avons pas de jardin, et je n'ai pas réussi à trouver un point de compostage collectif près de chez moi : dommage...

    Ma grand-mère, qui habite dans le Nord, dans les Weppes, a des poubelles compartimentées (depuis plus de 20 ans maintenant), avec un bac prévu pour les déchets organiques type épluchures, et ça , c'est vraiment bien, notamment pour les gens comme nous qui ne peuvent pas les composter.

    - Les cafetières à dosettes...

    Nous sommes des fans de cafés et autres boissons chaudes dolce gusto. Bouh, la honte, je sais, jetez moi des tomates car dans le genre déchets, c'est à la limite du scandale ! Le nombre de dosettes en plastique qui finissent à la poubelle me fait froid dans le dos. J'avais cru trouver une solution car le magasin Auchan de ma ville est marqué comme point de collecte des capsules sur le site de nescafé. Oui mais voilà, personne à Auchan n'a été fichu de me dire où je devais déposer mes dosettes, personne ne semblait au courant... Loupé ! Si parmi vous quelqu'un veut les récupérer pour fabriquer je ne sais quoi, ma conscience les lu envoie volontiers !

    Je crois que quand la cafetière ne fonctionnera plus, nous repasserons au café à l'ancienne... D'autant qu'on adore acheter du café en grains de variétés diverses et le moudre nous mêmes !

    - L'impression que nos poubelles ne désemplissent pas

    Bizarrement, malgré tout, j'ai l'impression que nous jetons encore énormément de choses. Certes, la bascule se fait vers plus de déchets recyclables et moins de sacs poubelles d'ordures ménagères... Mais je n'ai pas l'impression que ce soit flagrant. Je continue de me demander comment fait Béa Johnson avec son bocal d'1 litre pour stocker les déchets non recyclables d'une année entière !!!

    Alors je crois que je vais retourner potasser pour voir ce qu'on pourrait améliorer !

     


    21 commentaires
  • L'année qui vient de s'écouler, avec deux enfants en bas âge, j'ai bien fait marcher les entreprises de compotes en gourdes. A raison d'une compote par enfant et par jour, le compte est vite fait au bout d'un an : on a acheté et foutu à la poubelle plus de 700 gourdes de compotes. En effet, les gourdes type pom'potes ne sont pas jetables au tri sélectif, elles vont directement à la décharge. 

    Il est toutefois bon à savoir que Materne et Terracyle ont mis en place les "Brigades des gourdes de compotes", avec des points de collecte partout en France qui permettent le recyclage des-dites gourdes. Je dis bravo pour l'initiative !

    Malgré tout, même si ces gourdes sont hyper pratiques, le mieux est encore de ne pas les utiliser. Ici, voilà un mois qu'on n'en a pas achetées : on utilise désormais une gourde réutilisable en silicone. Tout aussi pratique, et elle se lave très facilement en 15 secondes top chrono !

    Les journées ne faisant pas encore 48 heures, on a fait des choix quant au fait-maison : ok pour les yaourts parce que ça va super vite et qu'on se régale, ok pour les gâteaux car ça réduit considérablement les emballages et le coût des courses hebdomadaires, mais tant pis pour les compotes. Si on veut en faire en bonne quantité, on a vote perdu une heure entre la préparation des fruits et la cuisson...Faute de mieux, on a donc choisi d'acheter des bocaux de compote de 800 g : c'est moins cher que les pom'potes, le verre est facilement recyclable, et on remplit ainsi environ 6 à 7 gourdes de compotes. Les gourdes quant à elles viennent de chez béaba et nous ont coûté autour de 7€ pièce. C'est très raisonnable !

    Du coup, les goûters ressemblent à ça désormais :

    La révolution des goûters ! 

    biscuits maison, compote en bocal, gourde réutilisable, boîte à goûters

    EDIT : pour les plus petits, il peut être un peu difficile d'aspirer la fin de la compote avec la gourde Béaba. N'hésitez pa sà me donner votre avis si vous avez testé d'autres modèles (Squizz, Mastrad baby...)


    3 commentaires
  • Comme beaucoup de personnes de ma génération, je pense, je suis assez sensible aux questions liées à l'environnement, à la gestion des déchets, et aux achats responsables. 

    Si nos parents ont grandi avec la société de consommation, nous avons pour notre part grandi avec la question de l'écologie. Aujourd'hui, c'est, je pense, une valeur centrale : on a tous conscience que l'Homme a vraiment dépassé les limites d'exploitation de la planète, qu'il la détruit à petit feu, et j'ai vraiment le sentiment qu'une nouvelle société est en train de se construire peu à peu. En témoignent la tendance Zéro déchets, l'explosion du nombre de personnes végétariennes et le développement d'initiatives éco-responsables et solidaires. On prend conscience aussi que côté nourriture et cosmétiques, cette société moderne a produit beaucoup de choses à la composition douteuse dont les effets commencent à se faire sentir sur les personnes d'un certain âge (cancers...) et les enfants (explosion du nombre de dérèglements hormonaux par exemple).

    Bref, à notre petite échelle, on essaie d'agir un peu aussi, même si c'est loin d'être parfait. Voici quelques unes de nos petites actions, peut-être que ça donnera des idées à certains, je suis d'ailleurs à l'écoute de vos idées à vous !

     

    Nos petits engagements du quotidien

    • Acheter autrement

    Ces dernières années, nous avons amorcé un petit virage côté consommation. Pas de révolution, car en travaillant tous les deux, on est quand même bien contents que Leclerc Drive (& co) existe, soyons francs !

    Mais régulièrement, nous commandons quelques provisions (essentiellement des légumes et de la crèmerie) via La Ruche qui dit oui. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une espèce de Drive fermier, dont les fournisseurs sont des producteurs de votre région. Ainsi, on achète local, et de saison.

    Il nous arrive aussi de faire quelques courses au supermarché bio, toujours pour les produits frais et les légumes, essentiellement. Pendant les vacances, j'aime bien faire quelques courses sur le marché, mais j'avoue que c'est un peu plus flou pour moi quant au bio / pas bio et quant à la provenance des produits.

     En ce qui concerne les autres achats, pour ce qui est des meubles, des jouets, des livres, on cherche toujours à voir si on peut trouver ce qu'on souhaite d'occasion (le bon coin, emmaüs, les vide greniers...). Ce n'est certes pas toujours possible mais on n'a aucun problème avec le fait d'acheter quelque chose de seconde main. Quant aux vêtements, bijoux, accessoires, j'essaie ponctuellement de soutenir des petites initiatives françaises, en achetant du fait main, comme sur A little Market, ou en soutenant des petites entreprises, comme La P'tite Manufacture (vêtements pour bébé, bio & made in France). Mais sur ce point, je sais que j'aurais beaucoup d'efforts à faire, car avec nos budgets pas foufous, on privilégie le pas trop cher, c'est vrai, et du coup, c'est souvent fabriqué loin...

     

    • Manger autrement, et moins gâcher

     Ici, avant même de faire à manger, on fait surtout des menus : ça évite d'acheter n'importe quoi en n'importe quelle quantité quand on fait les courses, et on dépense même un peu moins comme cela. 

    Nous avons pris l'habitude de manger beaucoup moins de viande, déjà parce que la viande a un sacré coût, et puis aussi parce qu'on sait désormais que trop en manger n'est pas bon pour la santé. Alors en revanche, pas question de devenir végétariens : un petit carpaccio ou un steak tartare, on s'en régale de temps en temps ! Du fait, on essaie d'acheter une viande de meilleure qualité, et si possible, provenant de filières locales.

    Comme je le disais plus haut, on essaie d'acheter des légumes, des fruits, des œufs, du lait, de meilleure qualité.

    A part cela, nos habitudes alimentaires n'ont pas trop changé, parce qu'avec les journées de boulot, on se satisfait certains soirs de plats surgelés préparés, ça ne sert à rien de se mentir. On n'a pas toujours la motivation de cuisiner. Moi surtout, il me faut du rapide, je n'adore pas cuisiner... On a une bonne marge de progrès de ce côté.

    Le point sur lequel on essaie de faire plus attention, c'est le gâchis. Faire des menus a bien aidé à réduire la quantité de nourriture qui part à la poubelle. On laisse d'ailleurs toujours un ou deux repas "vides" sur notre petit papier, en se disant que tel soir on cuisinera quelque chose avec les restes par exemple. 

    Voici quelques idées de repas que vous pouvez cuisiner pour éviter de gâcher quelques provision :

    - une quiche : il vous reste un demi poivron, une tomate, et une courgette, c'est trop peu pour faire un accompagnement ? Hop, on a toujours un fond de tarte au frigo et des lardons ici, pour une petite quiche maison facile à faire et toujours sympa à partager.

    - un pudding, ou "pain de chien" comme on dit dans le nord : 200g de pain sec (plutôt que de le donner aux canards...), 1/2 litre de lait, 3 oeufs, 80g de sucre, un pu de cannelle pour ceux qui aiment, et pourquoi pas des raisins secs ou des fruits confits. On écrase tout à la fourchette, on place dans un moule, au four à 200° pendant 30 minutes. Et voilà un bon gâteau pour le goûter ou le petit déjeuner du lendemain !

    - un pudding salé : eh bien on prend la même chose, on enlève le sucre et les raisins, on met à la place ce qu'on a sous la main (lardons, olives, fromage...).

    Nos petits engagements du quotidien

    - un cake : on a toujours de la farine et de la levure dans ses placards. Moi pour utiliser deux ou trois oeufs qui traînent ou des yaourts natures, je fais la version du gâteau yaourt mais sans sucre, en y ajoutant, comme ci-dessus, lardons, olives, tomates, fromage...bref, tout ce qui traîne un peu dans le frigo.

    • Gérer nos déchets

    Voilà qui peut paraître tout simple, mais nous faisons attention à bien respecter le tri des déchets de notre commune, et je sais au vu de l'allure des poubelles dans notre voisinage, que tout le monde ne s'en préoccupe pas... Si chacun faisait sa part de ce côté, ce serait déjà pas mal.

    Après, on est loin, très très loin du zéro déchets de la célèbre Béa Johnson... Si les achats chez le boucher du coin ou à la Ruche permettent de réduire une partie des emballages, je suis toujours effarée du nombre de sachets qu'utilisent les préparateurs chez Auchan Drive (même si ici, ils nous servent ensuite de sac poubelle pour les crottes du chat - qui a d'ailleurs une litière végétale). Idem pour les dizaines de capsules Dolce Gusto que nous jetons chaque semaine et qui ne sont pas collectées près de chez nous... Là, c'est vraiment un zéro pointé.

    Enfin, on aurait aimé faire un compost et avoir des poules, mais dans une courette en béton de 15m² c'est compliqué...

    • Faire un peu plus attention aux cosmétiques

    C'est l'arrivée des enfants qui m'a le plus sensibilisée à cet aspect. pour eux, on évite de multiplier les produits. Le liniment (le tout simple Gifrer, pas celui de supermarché avec une liste d'ingrédients longue comme le bras) sert beaucoup, une petite eau nettoyante ponctuellement, et ensuite c'est un savon unique le moins cracra possible à prix pas trop élevé (en ce moment, le sanex zéro - kids nous semble pas trop mal même si je ne me suis pas vraiment penchée sur sa compo). Les lingettes, c'est rarissime, en sortie surtout, parce que c'est bien pratique, et on les choisit biodégradables, toujours.

    Je suis peut-être une mère indigne mais je ne tartine pas mes enfants de crème hydratante. Quand ils ont vraiment la peau sèche (mais c'est rare), on tartine de liniment le soir, point. Et puis on limite les bains, parce que leur petite peau est fragile et que l'eau est précieuse, ne l'oublions pas. C'est lavage rapide au gant un jour sur deux, et douche au lieu de bain quand il fait bon : mes enfants n'en sont pas moins propres.

    Pour nous adultes, c'est simple. Monsieur et moi nous lavons avec le même savon que les enfants, il sent bon et n'agresse pas trop la peau : c'est validé, et du coup, on achète des grands flacons, ça fait moins d'emballages.

    Monsieur n'est pas branché cosméto, alors il n'achète pas de crèmes ou de soins. il me pique mon shampoing aussi...

    Moi j'ai investi dans des shampoing et après-shampoing Desert Essence: leur compo est pas mal de ce que j'en ai lu (pas de silicone, etc), j'aime bien l'aspect qu'ils donnent à mes cheveux, c'est banco. Pour le maquillage, j'ai encore quelques produits Gemey ou Bourjois dans mes placard, mais j'achète de plus en plus de produits de parapharmacie (Avène, la roche-Posay), et ma peau s'en porte bien mieux.

    • Entretien de la maison

     Dernier point sur lequel il est assez facile de faire des petits efforts : les produits ménagers.

    Ici, nous utilisons beaucoup le vinaigre blanc. Pour la cuisine notamment, quand je nettoie les plaques de gaz et l'évier, je fais bouillir (dans la bouilloire électrique) 2/3 d'eau et 1/3 de vinaigre. Voilà qui détartre la bouilloire, et j'utilise surtout cette eau vinaigrée comme produit nettoyant : ça dégraisse un max et ça enlève toutes les traces. Bon ça sent le vinaigre, c'est certain. J'utilise le même mélange pour nettoyer les vitres, pour détartrer les robinets, les toilettes (oui car nous avons une fosse septique donc les détartrants chimiques sont proscrits). En fait, le vinaigre sert un peu pour tout chez nous et ça ne nous coûte vraiment pas grand chose !

    Pour le liquide vaisselle, on prend toujours du produit écologique, car la différence de prix avec un liquide lambda n'est pas énorme.

    Pour les lessives en revanche, j'ai du mal à passer aux marques écolo car je trouve que niveau efficacité, avec des enfants qui se tachent beaucoup, ce n'est pas encore le top. J'ai aussi laissé tomber les noix de lavage et la lessive homemade au savon de marseille pour la même raison. Si vous avez des solutions, je suis preneuse.

     

    J'espère que cet article vous aura intéressées. Je suis curieuse de savoir comment ça se passe chez vous, si vous avez des idées pratiques pour agir pour notre bonne planète, si vous avez des astuces de grand-mère, des idées lumineuses...

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique